La vie est douce, le blog d'une fille heureuse, si, si... <data:blog.pageName/> <body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d5484318379934181889\x26blogName\x3dLa+vie+est+douce\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dTAN\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://douceurdevie.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://douceurdevie.blogspot.com/\x26vt\x3d5895345699383198999', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

La vie est douce

J'ai déjà fait le blog de fille triste, maintenant, je me mets au blog de fille heureuse.

 

Et le soleil envahit ma chambre

Je me réveille, comme je me suis endormie, avec Colette. Colette dont l'écriture est si douce, si fine, si choisie. L'héroine est un peu niaise mais on lui pardonne car elle a un gout de la vie qui remplit le coeur.

Pendant que son vieux mari est en convalescence, elle fuit Paris pour apaiser sa jalousie et va à la campagne chez une de ses amies. Amie apparemment morne, avec une triste queue de cheval noire, mais qui s'avère être une grosse chaudasse et qui lui raconte, non sans une petite gêne, ses histoires de cul les plus débridées mode début du siècle.

L'héroine est alors partagée entre l'effroi pour son amie, la fierté et l'orgueil de connaitre, elle, "l'amour le vrai", et la fascination pour les aventures de son amie, jusqu'à ce que son beau-fils (aka Apollon) viennent la rejoindre à la campagne...

C'est le pitch de la Retraite Sentimentale. J'aime ces livres qui vont lentement. Ou chaque chapitre ne se finit pas sur un gros cliffhanger. Où l'histoire a le temps de s'installer, les mots ont le temps de prendre leur sens et leur place. Jusqu'à ce que le lecteur s'ouvre pour etre remué de l'intérieur par les personnages.

Colette, c'était une sacrée nénette. Elle s'est d'abord marié avec un bouquin qui lui piquait ses bouquins et les signait de son nom. Puis elle a divorcé, elle a batifolé avec filles et garcons, a fait quelques années de theatre/music-hall/pantomime (c'est la période gros libertinage). Elle finit par se remettre à écrire, connaitre le succès, la gloire, avoir des amis riches et brillants (Maurice Ravel, Cocteau...).

Finalement, c'est la seule femme à avoir jamais eu des funérailles nationales.

J'suis jalouse !

Libellés : , , ,

 

for this post

 
Anonymous Bernard Says:

Doucement, doucement, l'heure n'est pas encore aux funérailles de Bettie Bip, il te reste encore 77 ans pour rejoindre la postérité !

Je n'ai jamais lu de Colette, tu me conseilles lequel pour commencer ?

Firefox ne supporte pas que je commente tes posts, je suis obligé de passer par IdEux pour divaguer sur ta prose, un comble, que dis-je, du dévouement d'exégète !

 
 
Blogger Daphné Says:

Ecoute, la retraite sentimentale, c'est le premier de colette que j'essayais. J'en avais toujours lu de mauvaises critiques. Mais il y a quelque chose dans l'ecriture qui m'a touchée.

Sinon, à propos de firefox, passe à Chrome peut etre très cher !

 

Leave a Reply